Trouver sa voie en étant soi-même

Cet article s’adresse à tous ceux qui comme moi, sont jeunes, se posent des questions sur le monde qui les entoure, sont sur le chemin de la spiritualité, et ont du mal à trouver leur place dans ce monde.

Peut-être que toi aussi, tu te sens souvent en décalage avec le reste des jeunes qui t’entourent. Peut-être que tu ne te reconnais pas dans des comportements comme sortir en boîte ou regarder certaines émissions de télé. C’est mon cas et je sais que ce n’est pas toujours facile, notamment car on se sent seul, voire déconnecté des autres. Mais si je peux te dire une chose, et une chose très importante, c’est que tu n’es pas le seul. Loin de là.

Je viens d’avoir 22 ans. Je n’aime pas sortir en boîte, je ne fume pas, je ne bois pas, je me couche tôt, je suis végétalienne et je mange bio, je pratique la méditation, je fais du yoga, je voyage en Inde. Autant vous dire que je ne ressemble pas vraiment à l’image de la jeunesse habituelle !

tibetan-984267_960_720

Je suis à la fin de mes études supérieures, dans quelques mois j’aurais un diplôme de BAC+5 d’une grande université. De belles études, donc. Dans mes études et dans mes stages, je suis entourée de personnes (heureusement, pas toutes) très terre-à-terre. De personnes qui sont loin de s’imaginer l’ampleur et la profondeur de ma part spirituelle. Bien sûr, ils me voient souvent comme la fille un peu “différente”, pas de manière négative mais au contraire comme celle qui a une très bonne hygiène de vie, qui est toujours positive, qui fait de beaux discours sur la vie, qui remonte le moral et qui parfois parle de choses un peu “bizarres”, comme les rêves prémonitoires ou le pouvoir des cristaux. Je croyais pouvoir m’accommoder de cette vision que les autres avaient de moi – même si elle était partielle – et pouvoir continuer à vivre ma vie, mes études, mon travail.

Et pourtant, je sens aujourd’hui que ces études et que la voie toute tracée d’une grande carrière, d’un poste à responsabilité, d’un beau salaire, ne correspondent pas à ce que je désire profondément. Il n’y a pas d’âge pour ressentir le sentiment de ne pas être tout à fait à sa place et je suis certaine que nombre d’entre vous pourront se reconnaître. Cela dit, cet âge est celui où l’on pose les bases de sa personnalité, de ses centres d’intérêts et de son futur travail. Alors c’est un moment clé. Évidemment, c’est aussi une période de remise en question permanente. “Comment savoir ce que j’ai envie de faire ?“, “Vais-je être accepté(e) dans cette école ?”, “Suis-je assez bon pour prendre cette voie ?”, “Comment faire quand on n’a pas envie de rester toute sa vie derrière un bureau ?”… On se questionne, on se demande, on se torture l’esprit.

photo-1440557958969-404dc361d86f-large.jpeg

Moi aussi j’ai eu à faire face à ces doutes et ces peurs, et j’ai traversé cette période. Cependant, j’en ai aujourd’hui un autre regard. Je sais qu’à l’époque, je ne me suis pas posée les meilleures questions. Celles qui m’auraient poussée à me demander : “Qu’est-ce qui me fait vraiment vibrer ?”, “Comment je peux aider les autres de la façon qui résonne le plus en moi ?” Mais à cette période, j’avais encore un filtre devant les yeux et le cœur, et je n’étais pas vraiment en paix avec moi-même (le chemin n’est pas fini, je vous rassure !). En  effet, j’avais de l’ambition. Je voulais réussir, prouver que j’étais capable de tout, que ma force de volonté m’amènerait où je le souhaitais. Je pensais qu’en trouvant une reconnaissance extérieure je serais plus heureuse. Une reconnaissance de la part de la société, de mon entourage, de mon père et de ma mère. Je voulais impressionner.

Aujourd’hui, je sais que je ne veux plus correspondre à une image toute faite imposée par la société. J’ai compris que pendant plusieurs années, je jouais un rôle que l’on avait conçu pour moi. J’ai compris que c’était les autres qui déterminaient mes choix et non moi-même. Que j’agissais pour répondre aux attentes DES AUTRES. Pendant longtemps, j’avais oublié de prendre la responsabilité de ma vie. Comment j’en étais arrivée là ? Moi qui croyais avoir le contrôle et marcher d’un pas assuré dans la bonne direction… Je me serais donc trompée ?

Je pensais devoir m’insérer dans le monde tel qu’il était. J’ai compris que je devais entrer dans le monde tel que je voulais qu’il soit.

Autant vous le dire tout de suite, je vous déconseille fortement d’essayer à tout prix de rentrer dans le moule ! C’est loin d’être la voie du bonheur et de la réussite. La vraie réussite, celle qui vient du cœur et qui met en joie, une joie sereine et pleine de gratitude.

notes-macbook-study-conference-large.jpgCe que je ressentais, c’est que du point de vue RATIONNEL, je réussissais : j’avais de bonnes notes, je faisais des “grandes études”, je marchais droit vers une carrière reconnue et une place sociale. Mais au fond, je sentais bien qu’il manquait toujours quelque chose, et que je n’étais pas tout à fait à ma place. Je sentais que j’aspirais à davantage, mais j’avais beau mettre tout mon temps et mon énergie dans ce que je faisais, je n’étais pas au summum de mon bonheur. Je trouvais dans mes études un intérêt sur le plan de l’intellect, du mental, de la connaissance théorique. Mais au bout de cinq années, cet intérêt s’est essoufflé, et j’étais revenue au point de départ : la remise en question. J’essayais aussi de lier mes expériences professionnelles avec mes valeurs d’éthique et mon envie de venir en aide aux autres, et je décrochais un stage dans le monde de l’humanitaire. Mais une fois encore, après quelques mois d’engouement où j’apprenais de nouvelles choses, je retrouvais ce sentiment que je connaissais bien : je n’aidais pas les autres directement, je me sentais frustrée à rester assise derrière un bureau 8 à 9 heures par jour, à faire des tâches dans lesquelles je ne m’épanouissais pas complètement.

Ce dont j’avais besoin n’était certainement pas de davantage de reconnaissance, de statut social, de diplômes. Ni même de satisfaction intellectuelle et mentale. Car ce n’est pas une vie “parfaite” sur le plan rationnel qui vous rendra heureux. J’avais besoin de vivre à l’extérieur telle que j’étais à l’intérieur. Mettre au service de ce monde cet espace sacré que l’on porte tous : mon univers intérieur, mon potentiel, mes talents. J’évoluais dans un monde qui ne correspondait pas à ce à quoi j’aspirais vraiment, et je vivais une vie spirituelle séparée, chez moi, à l’écart des regards. Je vivais deux vies qui ne se rejoignaient jamais : une vie terrestre et une vie spirituelle.

pexels-photo-54300-large.jpeg

Je viens de comprendre que ces deux vies ne font en fait qu’une. Que je suis venue ici pour vivre une vie qui correspond à ce que je suis au fond de mon cœur et de mon âme. Que je n’ai pas à mettre de côté ce qui fait véritablement vibrer mon cœur pour entrer dans le monde. Je vis aujourd’hui une véritable renaissance. J’ai la sensation profonde de m’incarner à nouveau dans le monde avec une conscience plus limpide et plus vaste. Je renais aujourd’hui sur Terre en étant davantage moi-même. J’ai ouvert ce blog, j’ai commencé à organiser des rencontres entre jeunes pour s’ouvrir à la spiritualité et pour partager ce message :

N’attend pas que le monde change pour que tu puisses enfin déployer tes ailes. C’est en étant profondément toi-même que tu feras avancer le monde.

water-lily-1210719_960_720.jpg

Mon chemin est mon message. Je l’incarne chaque jour et je continue d’apprendre à chaque instant. Je me sens désormais prête à accompagner les femmes qui me ressemblent et qui cherchent encore leur place dans la société, qui n’ont pas encore trouvé leur mission de vie. Qui se demandent comment ils peuvent améliorer le monde en étant elles-mêmes. Je te remercie de m’avoir lue. Ta lecture fait partie de mon voyage. Je t’en prie, partage toi aussi ton expérience, ton chemin. Si tu t’es reconnu dans mon message et que tu souhaites être guidé et accompagné, pour te révéler sous ton plus beau jour, alors n’hésite pas à me contacter (jennablossoms@gmail.com).

Avec un torrent de lumière,

Jenna

Rejoignez-moi sur la page Facebook : Jenna Blossoms

 

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.