Arrêter de se juger en 7 leçons

Bien souvent, nous sommes notre plus grand critique et notre juge le plus sévère. Notre mental/ego juge en permanence ce que nous disons, ce que nous faisons, ce à quoi ne ressemblons, en bien ou en mal. Des pensées parfois très violentes peuvent survenir : « Je suis nul(le) », « Je ne le mérite pas », « J’ai raté », « Je suis moche »… Imaginez un instant dire ces phrases à haute voix à quelqu’un en face de vous. Vous n’oseriez pas, n’est-ce pas ? Vous n’auriez pas envie de le blesser. Alors pourquoi vous infliger tant de dureté ? 

J’ai moi-même été très exigeante envers moi-même par le passé. J’avais l’impression de ne jamais en faire assez ou de ne pas faire assez bien. Je me jugeais à travers les yeux de quelqu’un d’autre : quelqu’un de n’était pas moi, mais qui était extrêmement sévère, exigeant et intolérant. A travers ce que je croyais être attendu de moi. Ce sentiment est lourd à porter et épuisant. Aujourd’hui, j’ai cessé de me juger négativement et de me tirer vers le bas. Et je voudrais vous dire à quel point la vie est plus légère ainsi. Voici donc 7 clés pour vous aider à mettre fin à ces pensées parasites.

Observez-vous

La première clé de tout changement est la prise de conscience. Si vous lisez ceci, vous devez déjà avoir réalisé que vous étiez trop sévère avec vous-même et vous souhaitez changer. Bravo ! C’est déjà un grand pas, dont vous pouvez vous remercier. Maintenant, utilisez cette conscience comme un outil de tous les jours : voyez les pensées négatives émerger dans votre esprit. Observez les émotions qu’elles font naître en vous. Et cela sans les juger, soyez simplement le témoin de ces mots. Vous serez tenté de lutter contre cette pensée et de vous dire : « Non, arrête de penser ça, c’est mal ». Cela ne ferait qu’augmenter votre conflit intérieur et ce serait poser du jugement sur du jugement. Laissez simplement cette pensée naître, être observée, et s’en aller. Vous pouvez aussi vous aider d’exercices de visualisation pour cela.

animal-14046_960_720.jpg

Comprendre

Ces pensées ne sont pas qui vous êtes. Je répète : ces pensées ne sont pas qui vous êtes ! Pas plus qu’elles ne vous définissent. Elles sont le fruit de votre mental/ego, qui, parce qu’il a peur, tente de vous empêcher d’être pleinement vous-même et de briller. Le mental a aussi assimilé certains mécanismes de défense dus à des blessures passées. En vous faisant accompagner ou en faisant un travail intérieur, vous pouvez comprendre les ressorts de vos pensées de jugement négatifs et comment les transmuter.

 

Lâcher prise

Laissez vos pensées de jugement s’en aller. Ne les retenez pas pour y réfléchir et les analyser. Respirez profondément, recentrez-vous, et laissez ce poids que vous portez s’envoler. Voyez-les partir dans les nuages et s’éloigner de vous jusqu’à ce que vous ne les voyiez plus. Laissez tomber cette exigence du « toujours plus, toujours mieux », qui laisse insatisfait et qui vous pèse. Vous êtes assez tel que vous êtes maintenant. Vous êtes exactement là où vous devez être dans votre chemin.

kindness-1197351_960_720.jpg

Être bienveillant

Un conseil que je donne systématiquement en accompagnement : donne aux autres ce que tu n’arrives pas à te donner toi-même. Ainsi, soyez bienveillant avec votre famille, vos amis, votre entourage : respectez-les, écoutez-les et dites à ces personnes des paroles amicales, compréhensives, qui viennent du cœur. Cultivez cette bienveillance envers les autres, cela vous nourrir de cet état, et petit à petit, de la tourner vers vous.

 

La communication non-violente

La communication non-violente (ou CNV) est une véritable philosophie inventée par un certain Marshall Rosenberg dans les années 1960 dans le but de pacifier nos relations et de trouver plus de sérénité. Je trouve que la démarche proposée par Rosenberg peut tout à fait s’appliquer à soi-même, pour pacifier sa relation à soi. Elle est structurée en 4 étapes :

  • L’observation : j’observe les faits et les pensées qui émergent sans les juger (ex : J’ai raté, je suis nul, je n’aurais pas dû, je ne suis pas assez ceci ou cela…)
  • Le sentiment : je vois les sentiments que cela provoque en moi (je me sens frustré, contrarié…)
  • Le besoin : je clarifie le besoin sous-jacent à ce qui se passe (j’ai besoin de temps, de compréhension, d’écoute, d’autonomie…)
  • La demande : je me demande à moi-même d’agir différemment (je respire, je remplace mes pensées de jugements par des pensées bienveillantes, j’agis sur la situation si je le peux…)

beautiful-day-1374424_960_720.jpg

Les affirmations positives

C’est bien connu, maintenir des pensées et des paroles positives influence notre état d’esprit et notre humeur. C’est pourquoi il est primordial d’intégrer des pensées positives, même si au début vous n’y croyez pas vraiment et que vous sentez des réticences. C’est comme essayer un nouveau vêtement : il faut un peu de temps pour se sentir à l’aise avec une nouvelle croyance. Faites-vous une liste d’affirmations qui vous parlent, qui vous font vous sentir bien, qui reflètent un monde idéal. Utilisez le présent pour vous exprimer et évitez la négation. Par exemple : Je suis belle. J’ai confiance en moi et en les autres. Je suis en paix. Je vis dans l’abondance. Vous pouvez écrire ces affirmations sur des post-it et les coller chez vous, les mettre en fond d’écran, les écrire dans un cahier, bref, relisez-les et pensez-les aussi souvent que possible !

 

La méditation

Méditer permet d’ouvrir un espace de non-jugement et d’écoute intérieure. Cela permet de calmer le flot ininterrompu de pensées de la journée. C’est un cadeau que vous vous faites. En vous recentrant dans le silence, vous pourrez sonder votre état intérieur, les émotions qui vous habitent et ainsi lâcher-prise plus facilement. Laissez ce qui est en vous sortir et libérez ces émotions contrariées, sans vous juger. Faites de votre méditation un moment d’acceptation totale : de vos difficultés, vos doutes, vos peurs. Vous avez le droit. Vous êtes humain.

Pour aller plus loin : Apprendre à méditer en 5 étapes

Toutes mes méditations guidées gratuites

Avec un torrent de lumière,

Jenna

Rejoignez-moi sur la page Facebook : Jenna Blossoms

Commentaires

  1. Didier

    Merci de la fraîcheur de tes textes. Ils sont une belle lumière qui j’espère illuminera de nombreux autres chemins.

  2. Anyalene

    Merci pour cet article qui ouvre une porte vers l’espoir et qui permettrait à plus de couleurs de se frayer un chemin sûr pour se faire une place dans un mental trop sombre. Merci de partager tout ça !

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.